Les écrits de la Méditerranée, du 11e au 15e siècle

L’histoire des mers, au Moyen Âge, est surtout l’histoire de ceux qui glissent par-dessus. Elle n’est pas si connue.  Les 18 et 19 mai 2023, une douzaine de chercheuses et de chercheurs italiens, belges, français et espagnols se sont trouvés à la Sapienza puis à l’École Française, à Rome, pour reprendre le dossier avec un regard neuf, celui proposé par le groupe de recherche DiploMA –Diplomatics in Mediterranean Area. Antonio Musarra, professeur associé à la Sapienza, a organisé ces deux demi-journées de travail autour de thématiques historiennes.

La question des écrits associés à la mer n’a en effet jamais été posée de manière large, dans une perspective d’histoire des pratiques de l’écrit.  Certains dossiers diplomatiques ont été traités de très belle manière, comme dans le récent congrès de la Commission internationale de diplomatique en 2015 dédié aux documents du commerce et des marchands[1]. Mais une approche d’histoire de la scripturalité de la mer n’a jamais été écrite : des écritures de la mer existent-elles ? Sont-elles précoces ? Sont-elles spécifiques ? Naissent-elles avec le monde des écritures ordinaires ?  Avant d’attaquer ces espaces inconnus de l’histoire de la mer, un état des connaissances s’impose. Cet atelier l’a permis.

Besançon, BM ms 550, fo. 32v – http://initiale.irht.cnrs.fr/decor/41709

Pour brosser un tableau rapide des types documentaires et de leur richesse, il a fallu proposer des lignes de perspective. Parmi les axes ouverts, les chercheurs se sont attachés à l’étude des navires et de leurs équipages ou encore des routes commerciales, des ports et du droit maritime, du commerce, de l’assurance ou de la guerre sur mer, en portant l’accent sur la documentation conservée et intéressante. D’autres chercheurs se sont intéressés aux écrits concernant la mer mais vus de la terre, dans une perspective davantage intellectuelle ou politique que pragmatique, avec des manuscrits « miscellanea » nautiques vénitiens de la fin du Moyen Âge (Piero Falchetta) ou des portulans (Ramon Pujades i Bataller). Cette première approche heuristique a porté ses fruits.

Si l’histoire maritime médiévale s’écrit toujours en demi-teinte, en retrait et en filigrane face à l’histoire des terres médiévales, elle se trace largement à partir de sources qui ont été éditées depuis l’après-guerre jusqu’à maintenant. Mais elle n’a pas encore fait son « manuscript turn », elle n’est pas revenue aux manuscrits en soi, aux archives pour elles-mêmes. Les livres de chantier ou registres de bord, les inventaires ou les registres de trésorerie présentés par Pinuccia Simbula n’ont pas vraiment fait l’objet d’études en soi. Le célèbre liber Gazarie  conçu à Gènes durant les premières décennies du 14e s., destiné à permettre l’organisation navale et juridique des implantations génoises en Crimée et en mer Noire n’a pas fait l’objet, jusqu’ici, de l’étude technique et codicologique qu’il mériterait. Même constatation pour les registres de bord catalans, de la mi-13e s. Ou encore pour les registres de galères génoises (1350-1460), comme les a évoqués Simone Lombardo. 

Beaucoup de ces documents de gestion maritime ont été perdus : l’analyse approfondie des quelques épaves restantes de cette dynamique d’écriture navale et maritime s’impose, pour comprendre mieux qui produisait ces documents, comment, pour quels objectifs, comment on les utilisait, comment on les renouvelait, comment on les remplaçait. Mais aussi pour déterminer leur valeur, leur poids juridique, leur statut d’autorité.  Qui tient les Galearum Marinariorum introitus/exitus de 1350/1461, ces livres de comptabilité des chantiers navals ? Valentina Ruzzin a montré magnifiquement l’importance des documents juridiques, soit liés et intégrés aux statuts communaux, soit davantage indépendants : le rôles d’Oléron, le constitutum usus de Pise en 1160, les tabula de Amalpha, du 13e s. ou encore les statuta veneziani de 1242, ou encore pour Barcelone le livre du consulat de la mer de ca. 1370.  Entre documents à visée normative et documents « de la pratique » juridique et économique, il semble bien que nombre d’écrits spécifiques sont mis en place et tenus par des techniciens de l’écrit et du droit.  A côté de cette production écrite « interne » aux institutions et responsables maritimes, nombre de dossiers contractuels passent par la voie notariale, terrestre évidemment, comme l’a bien montré, entre autres, Cédric Quertier. Il serait intéressant de dresser une typologie de ces contrats de commerce ou de navigation, d’assurance ou de location de bateaux, parfois très précoces (dès le 12e s.). Est-on face à des notaires spécialisés ? Quelle est leur formation ? S’occupent-ils uniquement d’affaires maritimes ? Sont-ils liés à la ville ou à la couronne ? Accompagnent-ils les marins en expédition ? Est-on vraiment face à une production écrite de droit « privé » par rapport à une production écrite de droit « public » (des villes et des royaumes) comme le pense l’historiographie traditionnelle ? Ce n’est pas si certain.

Si les sociétés médiévales « terrestres » s’appuient bien sur l’écrit dès le 12e et surtout le 13e s., on constate une dynamique similaire dans le monde de la mer. Il n’empêche : elle n’est pas encore assez comprise. Pourtant, les masses documentaires qui en permettent l’étude sont impressionnantes, aussi bien pour l’Aragon, la Castille, la Catalogne… que pour Gènes, Venise… (Raul Gonzalez Arévalo et Victoria-Alba Burguera i Puigserver). Si ces dossiers sont foisonnants, ils sont surtout limités à deux grandes zones spécialistes de la navigation : celles de la péninsule ibérique et celle de la péninsule italique. Mais des questions se posent, au vu des massifs écrits qui nous sont parvenus : pourquoi sont-ils si tardifs ? Pourquoi ne font-ils pas l’objet de grandes procédures de conservation avant la mi-14e s. alors que la plupart des grandes administrations territoriales mettent en place des processus archivistiques dès la fin du 13e s. voire plus tôt pour le monde pontifical ? Cette constatation est-elle valide ? Et si oui, comment cela s’explique-t-il ? Cela signifie-t-il que les institutions de la mer ne sont pas aussi organisées et aussi solides que les institutions de la terre ? Cela est-il dû à la question du droit de la mer qui ne serait pas aussi établi que le droit des États – une question évoquée et qui devrait être reprise à nouveaux frais ? Est-ce un droit coutumier ou encore un droit en négociation (Antonella Ghignoli, Valentina Ruzzin) ?

Le dossier des archives de la guerre sur mer, esquissé par Victoria-Alba Burguera i Puigserver, permet toutes les questions : des institutions dédiées à la guerre sur mer ne semblent pas exister au Moyen Âge (sauf peut-être à Venise ?). Ceci signifierait-il qu’aucune administration spécifique de la guerre par l’écrit n’existe ? Cela semble peu probable. Les vaisseaux dédiés à la guerre de course par la couronne aragonaise hébergeaient-ils des commis d’écriture qui étaient chargés de tâches diverses ? Tout comme des techniciens de l’écrit semblaient bien présents dans les navires de commerce. Mais qui étaient ces hommes ? Peut-on cerner leur profil, soit par des études prosopographiques, soit par une analyse de leur production documentaire ? Il y a là place pour une étude de l’écrit en mer.

Tout comme il serait passionnant d’étudier l’écrit pour la mer, pour les marins et les compagnies, tenu sur terre : comptabilités, assurances, conflits et leurs résolutions, recrutements et paiements des marins, etc. Enfin, l’écrit sur la mer fait l’objet de nouvelles études, comme l’ont montré Piero Falchetta et Ramon Pujades i Bataller : des manuscrits destinés à valoriser socialement et politiquement marins et responsables en mettant en avant leurs connaissances, leurs compétences, leurs savoirs et leurs pouvoirs. L’écrit concernant la mer serait donc vécu comme une démonstration de compétences et de pouvoir.

La Méditerranée se présente donc comme un nouvel espace pour l’écrit au Moyen Âge. L’atelier de Rome a montré toutes les richesses de ce dossier à peine entr’ouvert. Il faudrait maintenant prolonger l’essai et répondre à toutes ces questions passionnantes et en poser encore mille autres. Mais aussi ouvrir aux autres cultures de la navigation : les cultures grecques (« byzantines »), islamiques (au sens très large du terme), hébraïques, mais aussi les cultures du nord ou de l’est de l’Europe qui ont aussi des navires en Méditerranée, comme les navigateurs de Flandre, ceux d’Angleterre, de la Baltique ou encore de la côte de Dalmatie… sans oublier la question des navigateurs africains ou asiatiques. Beaucoup de planches flottent sur la Méditerranée, semble-t-il, à partir du 13e s., davantage que ne le pensait Ibn Khaldoun. Nombre de réflexions sur les échanges culturels dépendent de ces recherches à mener autour de l’écrit sur la Méditerranée.


[1] Mantegna Cristina et Poncet Olivier, Les documents du commerce et des marchands entre Moyen Âge et époque moderne (XIIe- XVIIe siècle), Roma, 2018 (Collection de l’École Française de Rome, 550).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Paul Bertrand (23 mai 2023). Les écrits de la Méditerranée, du 11e au 15e siècle. DiploMA - Diplomatics in Mediterranean Area. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://diploma.hypotheses.org/170


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search